Ignocratie #4

Moutons

Aujourd’hui, Hermyane était remontée comme un coucou: elle avait passé la nuit à travailler sur les déplacements de Simone Rancifos lors de la dérobade de la Rouma et quelque chose clochait. Non pas que ce ne soit pas une habitude pour cette enquêtrice chevronnée: pour Hermyane et ce depuis sa plus tendre enfance, quelque chose clochait. Elle avait longtemps cru que cela venait de sa famille. C’est pourquoi elle avait remonté le fil de son arbre généalogique jusqu’à réaliser que c’était une tâche vaine. En effet, son arbre était aussi embrouillé que ceux de la plupart de ses camarades de classe. Cela n’expliquait donc pas ce sentiment dérangeant que quelque chose allait de travers, à son insu. Elle avait fini par se dire que cela venait de l’embrouillement général: mais là encore cette explication ne la satisfaisait pas vraiment. C’est qu’en Ignocratie, tout clochait. La météo, les arbres généalogiques des familles, et bien entendu, les enquêtes de tous les commissariats de Canfre et d’ailleurs. Ce qui, finalement, avait fini par rassurer Hermyane: si tout clochait, en définitive, peut-être qu’elle n’était pas aussi incompétente que ne voulaient bien le laisser entendre ses supérieurs et le peu d’avancement qu’ils lui offraient depuis ses longues années de bons et loyaux services. C’est de cette façon, fort logique vous en conviendrez, qu’elle avait fini pas avoir une très grande confiance en son intuition: même si elle était la seule.
Mais avec Simone Rancifos c’était tout à fait différent: parce qu’à observer cette bonne femme laide qui sentait le rance, on aurait pu croire que tout allait fort bien dans le meilleur des mondes. Or, en Ignocratie, on ignorait beaucoup beaucoup de choses: mais certainement pas que quelque chose clochait. Alors Hermyane s’accrochait désespérément à son intuition et travaillait dur, chaque jour.
Ce soir-là, dans sa caravane chichement meublée mais fort accueillante, qu’elle avait chauffée pour l’occasion avec de nombreuses petites bougies parfumées à la citronnelle, Hermyane repassait en boucle les déplacements de Simone Rancifos le jour du crime. Au commissariat, personne n’employait ce terme pour un larcin aussi futile. C’est qu’en Ignocratie, vous ne l’ignorez pas, les crimes étaient devenus si nombreux et si odieux qu’il n’y avait plus personne pour enquêter sur un simple vol…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s