Ignocratie #5

Moutons

 

Ce soir là, donc: Hermyane bouillonnait. Elle avait passé en revue l’ensemble des déplacements de Simone le jour du vol et elle n’y avait trouvé absolument rien de probant. Rancifos s’était levée à neuf heures, comme chaque jour. Elle avait pris son petit déjeuner, composé d’un café très fort et de tartines, comme d’habitude. Elle avait ensuite effectué son grand tour de magie pour faire croire aux autres – mais surtout à elle même – qu’elle était toujours d’une très grande beauté. Et ce malgré sa peau toute fripée de soleil et d’absence de rires et le gras qui lui enserrait le cœur et les cuisses. Rancifos n’était pas grosse. Seulement grasse. Et elle le savait pertinemment, d’ailleurs. Mais plutôt que de prendre ses grands pieds puants pour marcher, elle préférait dissimuler son gras sous des pantalons et badigeonner sa peau cuite par le soleil avec des crèmes et des huiles diverses et avariées – qui finiraient toutes dans l’eau déjà polluée et imbuvable des cuves presque vides d’Ignocratie. Mais Simone Rancifos n’avait que faire des problèmes de malnutritions ou d’hygiène de ceux qui survivaient sous son nez grossier et mal nettoyé. Tant qu’elle trouvait suffisamment d’eau pour son café et sa piscine personnelle, c’était bien là l’essentiel.
Aux alentours de onze heures, Rancifoc était allée faire son petit marché bio où elle avait dépensé une bonne partie du PIB de la Manioure pour satisfaire ses papilles délicates: meilleurs poissons, viandes charnues et élevées en plein air, œufs gros et gras, légumes frais et fromages délicats: rien n’était trop beau pour cette chère Simone. A midi et demi, comme chaque jour, elle avait déjeuné, seule et en se félicitant de ne pas avoir à ingurgiter les horreurs dont devaient se satisfaire les pauvres d’Ignocratie et d’ailleurs. Son petit estomac délicat n’y survivrait jamais: Simone Rancifos ne le savait que trop bien.
Puis, tout l’après-midi, Simone avait parfait son fripage – ou bronzage, tout dépendait du point de vue – intégral en exhibant volontiers ses cuisses grasses: c’est que les voisins qui la reluquaient, depuis leurs fenêtres, se trouvaient trop loin pour voir le gras. Ils ne voyaient que le dénudé. Et en Ignocratie cela suffisait largement à satisfaire les deux parties: les messieurs étaient mariés et trop peu courageux pour oser demander à leur femme de leur montrer leurs cuisses et Simone Rancifos était trop attachée à sa tranquillité pour permettre à qui que ce soit d’y toucher. Mais savoir que ces messieurs la reluquaient lui suffisaient à se sentir encore très belle. Et puis, pour décharger le trop plein de désir, une fois qu’elle l’avait laissé grandir longuement entre ses cuisses fripées: il y avait son fidèle Charles. Charles avait été longtemps le jardiner de la famille, avant de prendre lui aussi, sa retraite: à quelques encablures de sa vieille maîtresse dont il avait toujours été très amoureux. Le pauvre homme. Hermyane avait eu toutes les difficultés du monde à découvrir cette petite liaison fort peu reluisante: non pas que cela soit rare, en Ignocratie. Mais parce que Simone Rancifos avait été fort ingénieuse à la dissimuler. C’est que cela avait été pour elle une question de survie, évidemment: son défunt mari ne l’aurait jamais accepté. Et son défunt mari, avant de défaillir définitivement, était tout de même le propriétaire majoritaire de leurs biens. Et Simone n’aurait jamais survécu sans sa piscine et ses mets délicats. Mais Hermyane se fichait pas mal de ces détails sordides et fort répandus. Elle avait donc poursuivi plus avant son enquête sur les déplacements de la bonne femme…

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s