Ignocratie #30

Moutons

Hermyane avait rêvé de fleurs et d’insectes, oui. Mais il ne s’agissait pas de cosmos blancs et mauves; elle avait ramené de son sommeil profond et réparateur l’odeur presque oubliée d’une fleur ancienne, appelée Végévia Vineviène. Une fleur à la tige longue comme le tronc d’un Baobab, aux pétales blancs comme le Lys et au parfum de Miel d’Acacia. Les abeilles n’avaient pas visité ce rêve, peut-être étaient-elles occupées ailleurs, à butiner jusqu’à ce que mort s’ensuive les dernières fleurs de Châtaigner et de Bruyère; afin qu’un lendemain soit encore possible. Mais des papillons superbes, aux couleurs étincelantes, avaient goûté au nectar sucré des Végévia Vineviène qui avaient habillé de mille couleurs la nuit d’Hermyane. Et fort heureusement, d’ailleurs: car le réveil avait été nettement moins agréable. D’abord son Chef, le Jorma Vian-Jichelm Deal, lui avait passé un coup de fil et un sacré savon pour avoir planqué seule devant le domicile de Sinodul et Aube et pour s’y être gravement blessée. Et que ferait-il, lui, si ses meilleurs éléments de terrain se faisaient tous la malle dans des résidences pour Sans-Abris-Convalescents-Malmenés-Avec-Ou-Sans-Enfants? Ensuite, un surveillant mal embouché lui avait crié dessus pour avoir dépassé l’heure du couvre-feu de dix minutes la veille – heureusement, il avait eu l’air d’ignorer que c’était pour fumer un gros joint! Sinon, il lui aurait probablement confisqué son herbe, prescrit des pilules obligatoires pour dormir à l’heure voulue – mais voulue par qui? Hermyane se posait la question – et ce en plus de la sanctionner de trois nuits au Dartim – une annexe de la résidence réservée aux indisciplinés: couvre-feu avancé, pas de petit jardin avec un banc où s’asseoir et obligation de chasser tous les chats qui osaient s’approcher de trop près. Non, vraiment, cette journée avait bien mal commencé et elle sentait que cela n’irait pas en s’arrangeant: son collègue Guérem Zojémé était en congé de non-paternité pour la naissance de sa Non-Fille depuis huit mois: il ne pourrait donc pas l’aider à quoi que ce soit pour coincer Rancifos et ramener la Rouma là où était sa place: sur les étagères pas encore montées du Musée d’Histoire Pas Naturelle du tout qui était en travaux de reconstruction. Quant à Zalloueg et Molie: Hermyane avait abandonné l’idée de leur demander de l’aide. Après tout, ils savaient, par tous les bruits de couloirs du commissariat, combien elle piétinait sur cette enquête et s’ils avaient eu du temps à lui consacrer, ils le lui auraient fait savoir. Non, vraiment, elle était seule. Un chat siamois s’approcha d’Hermyane, la scruta longuement et s’en alla à pas feutrés. Hermyane songea à Tibouk Kilète et à la patience avec laquelle elle scrutait par la fenêtre, de longues heures durant. Hermyane finit par se dire que ce n’était pas devant le domicile de Sinodul et Aube qu’elle aurait dû planquer: mais devant celui de la Rancifos et ce jusqu’à ce quelle commette une erreur, n’importe laquelle; Hermyane se faisait confiance pour la remarquer. Mais pour l’instant, elle avait trois jours à purger au Dartim et elle se demandait bien ce qu’elle allait pouvoir y faire pour s’occuper. Bordel de merde, ce que le travail de terrain lui manquait!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s