IGNOCRATIE #47

Moutons

 

 

C’est en songeant à Nine Naje et toutes ses longues heures de travail à bêcher la Terre, sans Repos et sans Lauriers – et ce malgré le bénéfice de sa sueur pour les abeilles, et par voie de conséquences: pour tout le monde – qu’Hermyane décida de prendre et une journée de congé et son amie Vénus-Saïcha Anora sur son chemin, afin d’aller crapahuter là où il y avait encore un peu de vert et d’eau de source. C’est à dire bien loin de Pignerpan, où la Rancifos et toutes les vieilles marquises puantes dans son genre, claffies de billets, d’arrogance et de méchanceté, gardaient pour elle seule toute l’eau potable pour la javelliser et y tremper leur gras, toutes les fleurs des abeilles et tous les Fromages de Chèvre fermiers des alentours.
Et c’est en Iraège qu’elles trouvèrent leur bonheur.
Près d’une rivière furieuse, arborée d’Acacias et de Tilleuls qui avaient déjà perdu toutes leurs feuilles et de remous dangereux à la surface desquels tourbillonnaient les détritus d’une poubelle, balancée là. Elle songea brièvement que le Grand Tilleul de la résidence de La Brise Du Héron Halos, cette année, d’après ce qu’on lui avait dit, les conservait plus longtemps que d’ordinaire, ses feuilles mortes et sèches. Ici, ils étaient déjà nus, pour affronter l’hiver dont on ne savait pas encore si ses températures descendraient en dessous de Zéro. Assurément, par le passé, cette rivière grondante avait dû geler mais pour l’heure, elle gueulait sa puissance de torrent d’eau que rien n’arrête jamais, avec pour Compagnons de route, des Détritus divers et avariés. Bouteilles d’eau potable en plastique, sac de courses, et cætera, et cætera, et cætera…
Pourtant, l’Iraège était le bled le plus désert de Cranfe, le plus privilégié, aussi: il était ardemment protégé par des écolos-pas-si-pauvres qu’Hermyane estimait certes utiles, mais très loin des Réalités qui concernaient l’état de délabrement du reste de la Cranfe, d’Ignocratie et d’ailleurs. L’Ifraque, par exemple, était devenue – quelques temps après avoir été pillée pour ses ressources fort nombreuses – la décharge officielle pour tous les pays encore privilégiés, d’Ignocratie et d’ailleurs.
Une découpe élémentaire. Il fallait trancher la grosse Pomme Bleue en deux: au Nord on consommait à tout va et on balançait ses merdes au Sud; tout simplement. Hermyane avait ce genre d’idées à propos de bien des choses: c’est qu’à force de travailler sur le terrain avec des vrais gens, malmenés, enragés et toujours plus pauvres, elle avait quand même acquis certaines convictions profondes. Mais l’embrouillement était si général, les bonnes volontés bien réelles malgré leur inefficacité, alors Hermyane se concentrait sur ce qu’elle faisait de mieux: enquêter. Et même là, au bord de cette rivière qui grondait dignement en dépit des déchets qu’elle charriait, elle y pensait, à cette enquête sur la dérobade de la Rouma. Pourtant, son amie, Vénus-Saïcha Anora faisait ce qu’elle pouvait pour lui changer les idées. Elles prirent un certain nombre de clichés pour immortaliser cet instant, précieux. La bouche en cul de poule, avec des oreilles de lapin, des petites étoiles au-dessus de la tête; et cætera, et cætera, et cætera.
Bien sûr, cette utilisation de la technologie, grandement responsable, de part les quantités effroyables de déchets qu’elle provoquait, était toujours montrée du doigt par tous les premiers de la classe, premiers ministres, petits colibris ou encore écolos-pas-si-pauvres. Mais ceux qu’ils ignoraient, ceux-là, avec leur morale pleine de facilité et de privilèges, c’est que les pauvres étaient les plus nombreux et qu’à défaut de les loger, de les nourrir correctement et de leur donner l’envie de cultiver, eux-aussi, un petit lopin de terre, pour les abeilles; il aurait fallu commencer par les aider à cesser de se défoncer, de se mutiler et de s’adonner à toutes sortes de violences inouïes. C’est que, mieux que personne, ils avaient conscience de l’urgence et de cette histoire de survie, tout ça, tout ça. Mais ils n’avaient que très peu de moyens pour y remédier, puisqu’eux-mêmes vivaient dans l’urgence. Celle de manger. Celle de dormir à l’abri du Froid et des balles. Ou celle, encore, de plaire à un Mâle pour les Femelles qui craignaient pour leur avenir et celui de leurs enfants; et celle de se défoncer la gueule et de se faire tourner les Femelles, pour les mâles. Pour oublier leur Impuissance. Un peu à la manière des Dauphins. Un casse-tête chinois international dont Hermyane se souciait, évidemment. Mais en tâche de fond: car elle avait toujours l’intime conviction que si la Rouma retrouvait sa place sur les étagères déjà entièrement recouvertes de poussière du Musée d’Histoire Toujours Pas Naturelle de Pignerpan, alors tout cela aurait une chance de résister à la marche en avant de la destruction du monde et à l’avènement d’une bactérie unicellulaire quelconque… Elle ne partagea pas ces pensées-là avec Vénus-Saïcha Anora: celle-ci, avant de pouvoir se préoccuper des abeilles, même si elle les aimait profondément, ainsi que les fleurs d’acacias, les torrents d’eau de source et les tilleuls, devait d’abord gagner son combat contre les ténèbres profondes qui l’avaient déjà tant abîmée et contre lesquelles elle devait rire: de ce rire profond, joyeux et dénué d’envie ou de méchanceté à l’égard du reste du monde. Et, à la résidence de la Brise Du Héron Halos pour Sans-Abris-Convalescents-Malmenés-Avec-Ou-Sans-Enfants, ce n’était pas tous les jours facile… Et si vous ne comprenez pas pourquoi, il est grand temps de cesser cette lecture et de la laisser à quelqu’un qui y comprendra quelque chose, bordel!

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s