IGNOCRATIE #52

Moutons

 

 

Il restait encore une bonne heure à Hermyane, avant la fermeture au Public de la Non-BibeLthèque du bled de la Doursier. Elle vit Rancifos s’en aller au bout d’une demi-heure de monologue et en lâchant, par dessus son épaule méprisante, quelques derniers mots, à l’attention de sa non-belle-fille : et en tout état de cause, je m’en vais.
Ce qui signifiait que – quels que soient les arguments qui lui étaient opposés, certainement excellents du reste – elle fermait le débat et avait raison. Surtout si elle avait tort. Car, par exemple, Loutouse est une ville qui se trouve bien plus au Sud que Dorbeaux mais elle soutenait le contraire. Et ce en dépit de la carte de Cranfe…
Hermyane s’était installée dehors – il y avait, devant le petit local rempli de Lecture, de Musique et de Cinéma, un petit jardinet agréable et de quoi s’y asseoir – et avait fait mine de consulter le Mukuofa. Elle espérait que la Doursier lui donnerait quelque chose de plus à méditer.
Contre toute attente – Hermyane pensait qu’elle allait devoir chercher un film ou quelque chose à écouter, pour attirer cette étrange fille – elle n’eut pas à bouger de la chaise où elle s’était installée: face à une forêt superbe de Châtaigniers, de Chênes, de Charmes et de Bouleaux. Les oiseaux gazouillaient, le soleil lui cuisait gentiment la peau et Aube Doursier s’approcha en allumant une cigarette qu’elle aurait pu prendre pour un Joint, n’eut été l’odeur de tabac seul évidente.
Hermyane persista à faire semblant de lire: Aube Doursier était un animal Curieux avec laquelle elle ne savait pas toujours comment faire. Les deux femmes, l’air de ne pas y toucher, se jaugeaient, indiscutablement. Hermyane sentait chez Aube autant de blessures que de force tranquille, prête à engloutir tous ceux qui l’avaient malmenée. De la même façon qu’elle percevait sa volonté de protéger son homme et sa méfiance.
Aube sentait chez Hermyane une connivence évidente mais, comme tous ceux qui ont connu le trottoir, elle était pleine de suspicion: cela crevait les yeux.
Hermyane attendait.
Aube brisa le silence: ce livre vous plait-il, alors?
Hermyane fit celle que l’on surprenait, toute à la lecture de l’ouvrage qu’elle tenait entre ses mains et sourit poliment en acquiesçant. Elle ajouta, car elle avait une citation derrière la tête: c’est un homme peu connu, c’est dommage. Et le hasard veut que ce soit la deuxième fois, en peu de temps, que je tombe sur ce livre. Ce qui m’a convaincue de le Choisir. Mon ami Aroul, de la Résidence de la Brise du Héron Halos, dit souvent que « Le Hasard, c’est la Vérité qui voyage Incognito ». Qu’en pensez-vous?
Aube recracha la fumée de sa cigarette et sourit, avec quelque chose d’imperceptible sur le visage. Comme si elle savait très bien quelle était la réponse attendue et comme si elle savait déjà qu’elle ne la fournirait pas; même si elle semblait saluer intérieurement l’Effort.
Elle écrasa son mégot, le mit dans sa poche – elle le destinait à la poubelle, assurément – et ajouta, toujours souriante: j’en pense que votre ami est un érudit qui cite Ilbert Es Antein avec beaucoup d’à propos. Elle ajouta: je vais fermer. La discussion était close, c’était sans appel.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s