IGNOCRATIE #61

Moutons

 

Mille dieux! se dit Hermyane, en lisant les courriels que la Doursier faisait parvenir au Jorma Vian-Jichelm Deal et à la brigade depuis Pétaouchnok. D’abord, compte tenu de la qualité habituelle de son élocution et de son orthographe; qu’Hermyane avait pu vérifier personnellement: ses propos semblaient un peu embrouillés et ils étaient bourrés de fautes. Ce qui, pour notre enquêtrice chevronnée, révélait deux choses.
Primo : la détresse et la précipitation avec lesquelles ils semblaient avoir été écrits.
Deuxio : la confusion mentale de la jeune femme.
Car un esprit tranquille et non tourmenté – par la peur, la honte ou encore le désespoir – écrit sans commettre d’erreurs – ou très peu – et c’est un fait connu de tous, en Ignocratie, comme ailleurs.
De plus, elle avait toujours retenu cet adage non-populaire : « Ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement. » Et la Doursier n’était pas très claire, pour l’heure. Elle mélangeait ses conjugaisons, ses histoires de violence conjugale, de travail forcé et d’humiliations diverses et avariés; ses histoires d’abus sexuels subis pendant son enfance et même le vol de sa voiture, qui pourtant n’avait pas bougé du domicile de Sinodul Movic. C’est que la petite avait du mal à se calmer et en avait gros sur la patate, manifestement.
Hermyane pouvait la comprendre! Elle avait assisté, de ses planques discrètes, à l’épuisement de la jeune femme sur le point de se briser: trop de travail acharné, de méchancetés diverses et avariées à encaisser et de secrets anthropophages à taire. Mais, malgré sa confusion, sa détresse et ses conjugaisons hasardeuses, Aube Doursier n’en démordait pas: Simone Rancifos était la Responsable de tous les Drames qu’elle avait vécus auprès de Sinodul Movic. Pourtant, le soir où Hermyane avait entendu cette voix, sinistre et gnôlée, accabler sans relâche la pauvre créature, Rancifos n’était pas là: elle admirait ses possessions dans sa grande maison vide de rires et de flatulences, aucun doute là-dessus.
Mais la Doursier, qui avait oublié d’être bête et qui avait lu bon nombre de livres, insistait: c’était par voie de conséquences que Sinodul Movic avait failli la tuer. Littéralement. Le coup classique de la reproduction de schéma, qu’il avait peut-être inconsciemment essayé de briser en la foutant dehors: c’est qu’il semblait se soucier d’elle, même s’il était responsable de son anéantissement. Drôle de paradoxe, s’il en est. De plus, le pauvre garçon et Aube Doursier, avaient assisté, impuissants, à l’assassinat silencieux de Sir Mohiertyn que sa tendre non-épouse avait laissé, nous la citerons ici : « crever la bouche ouverte ». C’était – Oui, msieurs’ dames’! – les propres mots de la Rancifos. Or, personne n’ignore, en Ignocratie comme ailleurs, que laisser volontairement quelqu’un mourir sans lui porter la moindre assistance est un crime pénal répréhensible d’une peine de prison. Et la Doursier en avait fini de garder les secrets de cette famille de fous furieux: elle le clamait haut, fort et de façon un peu embrouillée et chaotique – celle des victimes, évidement – Simone Rancifos était une criminelle perverse, fourbe, manipulatrice et lâche, de surcroît.
Hermyane jubilait. Enfin, d’autres enquêteurs à part elle, s’intéresseraient au cul tout gras de cette ignoble bonne femme!
Cela dit, quelque chose clochait: La Doursier n’écrivait pas une ligne sur la dérobade de la Rouma. C’est que, peut-être, elle n’en savait rien. Elle n’écrivait rien, non plus, sur le hangar des quais de Pignerpan. C’est qu’elle n’en savait rien, non plus, alors? Hermyane sentit un frisson lui parcourir la nuque: c’était la clé de cette affaire de plus en plus tragiquement loufoque!

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s