IGNOCRATIE #65

Moutons

 

Décidément, cette perche à la Marie-Jeanne ne lui apportait que des emmerdes, aujourd’hui. Hermyane pestait de ne pas pouvoir profiter de cet instant magique – toujours l’arbre sous lequel elle s’était réfugiée et les Champignons qui poussaient gentiment tout autour – pour trouver de quoi épingler Rancifos pour le vol vil et inqualifiable de la Rouma, dont les étagères poussiéreuses du Musée D’Histoire encore moins Naturelle de Pignerpan avaient désespérément besoin!
Mais, comme pour les ébats amoureux: quand ça ne veut pas fonctionner, ça ne veut pas! Inutile d’insister bêtement. Alors, elle pensa à ses copines de lycée avec lesquelles elle avait fait les 300 coups! Bien sûr, il y avait eu la Raffole avec qui elle riait à s’en pisser dessus. Littéralement. Elles marchaient souvent, au collège, avec un autre duo de supers nanas non dépourvues d’humour et de générosité, aussi: Evassan Vinge et Milie Ranch Eoux. Ce qu’elles avaient ri, toutes les quatre! Le lycée les avaient séparées mais Hermyane et Raffole avaient eu la chance de rester dans la même classe. Et le duo avait mis la main sur deux perles rares: Croline Astrologi – dont le sourire faisait l’effet d’un lever de soleil printanier – et Mariena Nudran, dont la retenue timide contenait les exubérances des trois autres. Une garde folles au charme discret et à la générosité de cœur évidente. Hermyane songea aussi à sa vieille amie Amandiline Em; une lionne féroce qui lui avait inspiré et courage et amour dans le cœur. Elle pensa aussi avec tendresse à MelGra et sa jumelle, qui ne se quittaient jamais et Hermyane trouvait cela fabuleux. Les frangines ne doivent jamais être séparées.
Tout à coup, comme une envie de chier irrépressible, un souvenir complètement oublié lui revint à la gueule comme un boulet de canon: elle connaissait Aube Doursier! Mais oui! Cette drôle de créature avait fréquenté le même Lycée qu’elle! C’est que c’était l’un des plus grands lycées de Cranfe, à l’époque: c’était probablement la raison pour laquelle elle ne s’en était pas souvenu immédiatement. Elle ne l’avait croisée qu’en de très rares occasions, mais elle se rappelait parfaitement d’elle, une nuit de Camping où, avec toute une bande de potes complètement dégénérés et défoncés à la bière, au rhum, à la tékila et au shit, la Doursier était en boucle. Elle était arrachée, comme tout le monde, mais fermement décidée à rejoindre un certain Barnu De Oyar dont elle prétendait être éperdument amoureuse et pour lequel elle faisait du stop, au beau milieu de nulle part, un duvet sur la tête. Compte tenu de ce qu’Hermyane savait désormais sur la Doursier et les abus sexuels qu’elle avait subis dans son enfance, elle comprit combien les moqueries auxquelles elle avait participé à propos de ce comportement fort étrange avaient été mesquines et déplacées. Mais la Doursier était finalement redescendue de son obsession grâce à son pote Lienju Zoïma, qui lui avait astucieusement proposé une partie de Tarot; ce qui l’avait retenue: elle adorait jouer aux cartes!
Hermyane écrasa son joint, garda le mégot dans sa poche – la Doursier avait un sens aigu du respect de la Nature et elle avait décidé de l’imiter – et reprit le chemin du commissariat. Sur sa route, elle songea à nouveau à ses débuts sur le terrain, à ces vieux collègues et à tous les petits enragés qu’ils avaient essayé de guider: Douloum, Alili, Missan, Adiraf ou encore le petit Chimel – qui portait drôlement bien son nom, puisqu’il avait tendance à étaler sa merde sur les murs – et elle se demanda ce qu’ils devenaient. Etaient-ils heureux? En bonne santé? En prison? Morts, peut-être, pour certains? Le petit Dric-Cé Silvister, lui, était bien mort: Hermyane avait appris son suicide alors qu’elle était en formation à la Kapital et cela l’avait bouleversée au plus profond de son être. D’abord parce que le suicide d’un jeune est bouleversant à souhait, ensuite parce que cela lui avait rappelé celui de son pote commun avec la Doursier: Lienju Zoïma. Et on ne se remet jamais de tels drames inexplicables et inexpliqués, assurément.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s