IGNOCRATIE #74

Moutons

 

Notre détective Hermyane Denleze devrait chômer un jour de plus: elle avait chopé une merde dans l’air, sûrement. C’est qu’en Ignocratie comme ailleurs, les merdes dans l’air et dans l’eau ne manquaient pas: personne ne l’ignore plus. Cependant, cela ne la dérangeait pas vraiment: cette enquête lui filait des migraines! C’est qu’elle avait reçu de drôles d’indices de la part de cette dame d’un âge très avancé et malheureusement malade, désormais : Manie-Rhose Rasen. Cette dame, dont elle avait pris des nouvelles car elle avait appris son admission dans les abattoirs du Nord de la Cranfe par l’une de ses collègues : elle ne savait plus laquelle; cette dame, donc, lui en avait appris de belles!
C’est qu’Hermyane avait mit à profit son jour de chômage de la veille pour rappeler ses copines de terrain. Les pigeons voyageaient, ce qui ne l’empêchait pas, donc, de prendre un peu de temps pour passer un ou deux coups de fil. La Panaro ïs Tio et la Amiaz Sel Nouazai avaient été les premières à recevoir de ses nouvelles : c’est qu’Hermyane, trop occupée par son enquête, les avaient négligées un peu. La Amiaz était fort occupée, elle aussi, à des enquêtes sordides à la Kapital et la Panaro pouponnait son moutard, qui portait le joli nom de Né An Tio. Cependant, elles avaient pris le temps, en bonnes copines qu’elles étaient depuis quelques années déjà, de discuter quelques heures: de l’embrouillement météorologique, social, économique, d’amiante, des infiltrations d’eau au domicile d’Hermyane, de leurs mecs – pour celles qui en avaient un qui tenait la route – de leurs ex, de leurs histoires de fion: tout ça, tout ça, quoi. Ce que des copines peuvent se dire pour le plaisir de s’entendre réciproquement. Hermyane avait même eu des nouvelles de la Nidra Es Wramm avec qui elle avait évoqué des choses belles tout droit sorties du Ciel, de la Terre, de la Lune et des Etoiles. Des choses spirituelles: de celles que les marquises de la trempe de la Simone Rancifos ou de la Falali Gémix ne pouvaient pas comprendre, trop concentrées sur elles-mêmes, leurs pulls en laine, leur repas gastronomique du soir, et cætera, et cætera, et cætera. Et elle avait même eu le plaisir d’entendre Sela, sa chère ville de naissance, avec son bel accent bien aiguisé et ce par l’intermédiaire de sa vieille copine de bringue la Mari Né Choup: son rire était toujours aussi clair que le cristal et il y avait à l’intérieur toutes les Cigales et tout le Cagnard de sa ville natale. Quel bonheur!
De plus, elle avait eu à gérer quelques chiasses administratives relatives aux infiltrations d’eau dans son nouveau domicile. C’est qu’il était difficile, en Ignocratie, comme ailleurs, de faire valoir ses Droits lorsqu’on ne possédait pas, comme la Rancifos, par exemple, le PIB de la Manioure. Elle devait donc batailler pour faire entendre aux personnes concernées, c’est à dire les propriétaires des lieux, que la situation urgeait: l’eau s’infiltrait partout et il y avait des risques d’incendie; et c’est sans parler, bien sûr, des champignons sur les murs. Hermyane adorait les champignons : les cueillir, les manger, leur parler, éventuellement; cependant, pas lorsqu’ils envahissaient les murs de sa chambre! Cela paraît logique, vous en conviendrez.
Et relativement à cette dame âgée et respectable du nom de Manie-Rhose Rasen, donc, dont elle avait appris l’état de santé déclinant : elle avait passé un coup de fil. La dame était heureuse de l’entendre et lui avait parlé un peu. C’est là qu’Hermyane avait eu mal à la tête: Manie-Rhose Rasen connaissait Simone Rancifos! C’était sa propre fille et elle la trouvait Méchante et était très heureuse d’apprendre que quelqu’un enquêtait enfin sur son gros cul tout gras d’égoïsme et de vice. C’est que la Manie-Rhose Rasen lui avait confirmé qu’elle était une menteuse invétérée: la bonne femme avait prétendu à Sinodul et Aube avoir proposé à sa mère de venir dans le sud , elle prétendait également que Manie-Rhose Rasen avait refusé alors que la vieille dame, qui clamait sa lucidité dont Hermyane ne doutait pas une seule seconde, prétendait le contraire; Rancifos lui avait dit qu’elle n’aimerait pas le soleil de Pignerpan et que de toutes les façons, son état de santé ne la touchait guère! Et les kilomètres qui l’en séparaient le prouvaient! De plus, Rancifos disait souvent, à propos d’elle-même, qu’elle était con et ne ressentait rien. Ce qu’Hermyane avait évidemment déjà noté. Hermyane et Manie-Rhose Rasen avaient également évoqué la manière affreuse dont cette bonne femme hideuse avait traité Sir Mohiertyn… Et vous ne l’ignorez plus.
Hermyane possédait donc la preuve des mensonges de cette chiasse de marquise et ce de la bouche de sa propre mère! Il fallait qu’elle trouve ce qu’elle dissimulait dans ce hangar des quais malfamés de Pignerpan. C’était la Clef de cette affaire, elle n’en avait jamais douté et cette chère Manie-Rhose Rasen le lui avait confirmé : Rancifos se fichait pas mal de son sort et ses déplacements restaient les mêmes. C’est à dire quasiment inexistants – la peur, les grilles dorées au toc, tout ça, tout ça – sauf quand il s’agissait de faire croire à son affection pour Amélia Oursin et la petite Arcagne ou quand il s’agissait du hangar…

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s