IGNOCRATIE #82

Moutons

 

 

Mille dieux!
Et c’était quelque chose. La créature polie, souriante, discrète, travailleuse, accommodante et sur le point de se briser, avait repris des forces à Pétaouchnok!
Elle s’était transformée en cette vague déterminée et pleine de force dont Hermyane avait pressenti l’existence; sous l’étendue d’eau apparemment calme et endormie.
Aube Doursier ne cessait de parler, elle qui s’était tue pendant plusieurs longues années de calvaire dans la famille de dégénérés de Sinodul Movic.
Elle mentionnait le travail incessant, les brimades journalières, les visites insupportables de sa salope d’ex belle-mère qui venait vérifier son petit investissement, l’indifférence assassine du voisinage, leurs menaces de mort alors qu’elle voulait voir ses animaux et y avait laissé un doigt et dont la cicatrice, encore fraîche, était vilaine à voir. Elle avait quitté les abattoirs sans autorisation, en chemise d’opérés et à moitié à poil. Si quelqu’un essayait de la calmer ou de l’asseoir, elle hurlait qu’elle préférait dix fois se gratter la chatte et sentir ses doigts!
Elle voulait voir son chat, son chien, son lapin, avait peur que ce dernier ne soit bouffé à Noël – qui était passé depuis des semaines – elle voulait la mort de Sinodul Movic, de Simone Rancifos et de la merde sous son tapis doré qui était la cause de tout cela. Elle voulait voir son jardin, des abeilles, des fleurs, manger de la soupe, nourrir des pigeons, mourir, se laver, se brosser les dents!
Elle hurlait sur tous les hommes de la brigade et n’acceptait de parler sans cesse qu’aux femmes: elle prétendait que des kilomètres de Bite allaient lui perforer la rate, l’estomac, les intestins; qu’elles contenaient des asticots et qu’ils allaient lui bouffer les yeux!
Une furie!
Hermyane avait peine à reconnaître celle qu’elle avait observée pendant de longues heures de planque. Cependant, cela lui donna la certitude viscérale qu’elle avait bien raison à propos de cette chiasse de Rancifos et de ses rejetons: ça ne tournait pas rond, là-dedans. Car si tout clochait, en Ignocratie comme ailleurs, il était rare de voir des êtres accusés d’homicide involontaire ou volontaire rester imperturbables dans leurs habitudes. De la fourberie, oui : des êtres qui feignaient le calme pour mieux torturer des moineaux, discrètement. Car en Ignocratie, comme ailleurs, vous ne l’ignorez plus: tout est si embrouillé, la violence est tant présente partout que ceux qui parviennent à sourire poliment et à faire preuve d’une sérénité absolue – jamais un mot plus haut que l’autre – étaient soient des combattants qui se reposaient, soit des victimes de vampires, soit des vampires. C’était, pour Hermyane Denleze, d’une logique imparable. Alors qu’elle sortait s’aérer un peu pour réfléchir et pour essayer de trouver une tenue décente à la Doursier, Hermyane ne put s’empêcher d’éclater de rire en l’entendant répéter une fois de plus qu’elle préférait encore se gratter la chatte et sentir ses doigts après plutôt que de vivre une seconde de plus avec Sinodul Movic et sa bite pleine d’asticots!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s