IGNOCRATIE #83

Moutons

 

 

Tout en prenant l’air, Hermyane décida de faire quelques pas : car si le commissariat de Pignerpan auquel elle était rattachée et qui se trouvait aux pieds de montagnes rocheuses était déjà un lieu privilégié par rapport aux commissariats de la Kapital qui puaient la misère, la pisse, les déchets et la chair humaine en décomposition, parfois, aussi; il lui suffisait d’enfiler ses Bottes, à la manière de la Doursier, et elle se retrouvait, vite fait, bien fait – comme par enchantement – sur son chemin de traverse favori. C’est que tout est si embrouillé, en Ignocratie comme ailleurs, que quelques mètres peuvent parfois nous sembler longs comme des kilomètres et que des kilomètres peuvent se faire en très peu de temps: la géographie n’avait pas échappé à l’embrouillement généralisé, évidemment.
Une fois sur son chemin de traverse préféré, qui sentait toujours bon les champignons végétant en terre et en cercle autour des châtaigniers ou des chênes et des Groseilliers; où le vent, léger et discret, agitait toujours quelques branches hautes et nues de bouleaux, où une biche fit mine de ne pas l’avoir vue et prit le chemin opposé pour continuer à vivre sa vie; une fois sur ce chemin apaisant, donc, elle se roula un gros joint: pour se remettre les idées en place. La Doursier était furibarde, cependant, compte tenu de tout ce qu’Hermyane savait de sa vie et du calvaire enduré auprès de cette chiasse de Sinodul, loyal à en gerber à sa chiasse de non-mère, elle pouvait la comprendre. Pourtant, il fallait qu’elle trouve un moyen de la calmer, pour pouvoir retrouver la créature douce et accommodante qui faisait ses permanences, chaque mois, à la Non-BibeLthèque de son bled et pour glaner des informations sur la dérobade de la Rouma et le hangar des quais malfamés de Pignerpan. Si elle en avait, bien sûr. Hermyane était inquiète, par moments, à ce propos; ce faisant, une Buse glatit au dessus de sa tête et elle l’observa longuement: elle planait avec une telle assurance et elle possédait une Vue si perçante que cela la rasséréna et lui donna à nouveau l’intime conviction que la Doursier, qui craquait juste un peu – comme tout être humain doté de sensibilité et que l’on pousse à bout dans les retranchements obscurs de la survie physique et psychique – avait observé cette chiasse de famille suffisamment longtemps et en prenant suffisamment de hauteur, comme la buse qui avait maintenant pris un autre chemin pour vivre sa vie de buse, pour donner à Hermyane les indices dont elle aurait besoin. Elle avait entièrement confiance en cette fille qui était l’une des victimes les plus combatives qu’elle avait rencontrée, dans toute sa carrière: c’est qu’elle prétendait vouloir crever les yeux de Rancifos à coups de tournevis pour les donner à bouffer à Sinodul Movic et Amélia Oursin; et qu’elle possédait la force de deux femmes comme elle lorsqu’elle pétait un câblon et ce malgré son amaigrissement évident. L’énergie du désespoir, Hermyane avait vu ça de nombreuses fois, donne une force incroyable aux êtres animés par de bonnes intentions. Et elle ne doutait pas une seule seconde de celles de la Doursier. D’ailleurs, une fois cette enquête résolue, peut-être pourraient-elles s’associer dans un projet commun: s’occuper de ruches, de poules, d’un jardin, de fleurs et des pauvres hères malmenés qu’elles rencontreraient, ici et là sur leur route, et qui seraient disposés à recevoir leur expérience et leur amour pour la vie.
Hermyane cracha la dernière bouffée de son joint, passa par chez elle pour récupérer un fut et un pull pour la Doursier qui était de la même corpulence qu’elle, caressa Tibouk qui ronflait joyeusement et se remit en route pour voir si Aube Doursier avait retrouvé son calme ou voulait toujours se gratter la chatte et sentir ses doigts pour éloigner les asticots sortant de la bite de Sinodul.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s