IGNOCRATIE #86

Moutons

 

Lorsque Hermyane essaya de ramasser la photographie tombée au sol, pour la restituer à la Doursier, cette dernière eut un geste brusque pour la lui arracher des mains. L’espace de quelques secondes, presque imperceptibles, Hermyane put lire le feu du volcan dans les yeux farouches et déterminés d’Aube Doursier. Et elle put sentir la force de ses muscles tendus et mus par une volonté évidente. Puis, aussi vite qu’il s’était allumé, le Feu s’apaisa, la respiration de la jeune femme redevint tranquille et calme et l’Eau, en apparence endormie, se réinstalla dans le corps de cette créature Curieuse et pleine de mystères. Lorsqu’elle redemanda à voir son amie Enora Kar San, il y avait du miel dans sa voix. Hermyane savait désormais à qui elle avait affaire: Aube Doursier avait en elle la force désespérée des êtres qui ont morflé, la fureur d’une conscience éveillée et la douceur et la bienveillance d’un cœur qui savait encore aimer et rire, malgré tout le mal qui venait de lui être infligé. Comme Vénus. Comme tant d’êtres, en Ignocratie et ailleurs, vous ne l’ignorez plus. Et elle possédait aussi l’appétit d’une Louve, non pas affamée mais déterminée à faire enfermer Simone Rancifos pour tout le mal qu’elle avait infligé, en toute impunité et lâchement dissimulée derrière ses grandes grilles dorées. Cette bonne femme puait la peur à des kilomètres à la ronde. Soudain, Hermyane ayant laissé de côté la Doursier qui s’était rassise, la photographie contre son cœur et avait repris sa contemplation du dehors, de la branche d’arbre et des oiseaux qui s’y posaient régulièrement; soudain, donc, elle repensa à ce roman de Noris Bian, « Recracha ô leur » dont lui avait parlé avec Passion la Lohfine De Fipriec. Elle tenta le coup et mentionna l’Héroïne de ce texte et sa peur pathologique pour ses enfants, qui les avait conduits, d’escalade apeurée et débile en escalade apeurée et débile, à finir enchaînés dans une cage, comme des bêtes à qui elle venait parfois jeter un peu de nourriture. La Doursier frémit imperceptiblement à l’évocation de cette histoire mais resta toutefois calme et muette. Et Hermyane sentit un frisson lui parcourir l’échine: elle avait bien vu la Simone Rancifos chier au milieu de son hangar secret comme une débile et elle y avait aussi entendu du bruit! Se pouvait-il que ses enfants y soient enchaînés? Pourtant, Sinodul Movic se pavanait librement avec sa nouvelle auto  et Amélia Oursin mangeait tout aussi bien que sa non-mère et enflait à vue d’œil! Cependant, il y avait bien eu du bruit, Hermyane l’aurait juré. Il fallait qu’elle retourne planquer devant ce hangar pour voir, qui ou quoi de bruyant et donc de vivant, cette chiasse de Rancifos y avait-elle enchaîné afin de l’obliger à la regarder démouler son Cake! Quelle horreur!
Mais avant cela, Hermyane devait passer chez elle voir Tibouk et se reposer un peu. Peut-être regarderait-elle une série qui lui avait été conseillée, elle avait oublié par qui, du nom de Makto Annistar et qui dénonçait les risques liés à l’effet de mode dévastateur du Transhumanisme. Celui qui consistait à essayer de faire croire dangereusement aux êtres qu’il pouvait vivre éternellement, ne plus faire ni pipi, ni caca et rester jeunes toute une vie interminable et chiante à souhait!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s