IGNOCRATIE #88

Moutons

 

Hermyane en avait ras le Cul de cette enquête! Cette Putain de Doursier restait muette comme une Tombe, la photo d’elle et du Zalloueg serrée sur sa maigre poitrine, scrutant les Cieux, les Oiseaux et la Branche de bouleau et Hermyane n’en pouvait plus, de ce silence contemplatif de Boudhaiste à la noix maître de ses émotions. C’était à se demander ce qui l’énervait le plus: ne pas pouvoir tirer quoi que ce soit d’Aube Doursier sur la Rancifos qu’elle voulait absolument coincer pour cette saloperie de dérobade de la Rouma ou ne Rien avoir vu de cette énième relation extra conjugale concernant le Zalloueg et ses infidélités notoires. Pourtant, elle se souvenait de toutes celles à qui il passait des Coups de fil, en douce : quand il l’amenait au Cinoch et l’occupait pendant les pubs avec un Magnum Double Chocolat pendant qu’il restait des heures aux toilettes pour téléphoner à une belle blonde; ou bien avait le culot d’envoyer des Messages à ses belles, tous les jours plus nombreuses, sous des faux noms de beaux, évidemment, et sous ses yeux et chez Béniz, en Prime! Chaque fois qu’elle repensait à ces scènes qui lui avaient fait une violence inouïe dans son âme amoureuse, elle réalisait combien elle avait aimé ce sale type. Qu’il reste donc à sa molle Chus et qu’il sorte donc de sa tête, et de sa Figure-de-Chèvre-Virtuelle, qui, après tout, avait peut-être été bachelorée par quelqu’un d’autre. Nombreux étaient celles et ceux qui connaissaient son goût pour les fleurs, roses rouges ou non, du reste… Drôles d’intentions, dans ce cas. Pourtant, elles n’étaient pas malveillantes: de cela, elle était certaine. Son Intuition, tout ça, tout ça.
Alors, elle envoya la Doursier au diable dans un soupir agacé et décida d’emprunter son chemin de traverse avec ses bottes et de se rendre jusqu’à la petite Rivière dont le fracas apaisait toujours son âme tourmentée par les vibrations de ce monde. Et quand il s’agissait du Zalloueg cela vibrait bien plus fort, du reste: il fallait bien le reconnaître. Comme si ce con-là l’avait Envoûtée ou quelque chose dans ce goût-là.
Bon, elle fut rendue très vite au bord de cette rivière et s’y installa pour se rouler un bon gros joint et se calmer et essayer les méthodes de Boudhaistes à la con de cette Doursier de merde. Cela fonctionna, à peu près. Elle espérait le Vide, dans sa tête: elle n’obtint qu’un silence apaisé et l’écho incessant de ce drôle d’indice qu’elle avait reçu de la Kapital par le biais d’un pigeon rescapé et anonymement. Il s’agissait d’un Haïku Magnifique:
« Jeunesse du Fauve
Bonheur en Sang
Dans un Bassin
de Lait »
P.E.
Ce Haïku lui donnait des frissons dans tout le corps. Elle n’en saisissait pas le sens exactement, elle savait cependant, même si son Pigeon en était revenu, un peu malmené par ses détours dans les rues puants la misère de Sirap, que celui ou celle qui l’avait écrit n’avait rien à voir avec les gens de la Kapital. Elle le sentait dans ses Tripes. Cela avait avoir avec Sela, toujours et toujours: car où qu’elle se trouve, Hermyane avait sa Ville Natale dans l’âme, bien ancrée et bien profondément, du reste.
Elle laissa donc le Haïku lui effleurer délicatement les oreilles, le fracas de l’eau apaiser les battements vifs de son cœur dans sa maigre poitrine et elle songea à tous ceux qui, à Sela et humblement, continuaient à œuvrer pour que ses habitants puissent continuer à faire résonner leurs rires puissants de ténèbres affrontées et vides de méchanceté à l’égard du reste du monde, tout de même, comme Vénus…
Le nom de certains d’entre eux, mélangés à ceux des membres de sa Famille, venait interférer, par-ci et par-là, avec le Haïku qui lui faisait comme du Miel sur le cœur et de l’Huile sur le Feu, tout à la fois. Étrange sensation qui lui tournait la tête. Comme le Zalloueg, songea-t-elle en souriant, avec tendresse. Comme elle voudrait pouvoir l’entendre rire, ce con-là, aussi. Car, lorsqu’ils riaient ensemble, les ténèbres de ses yeux disparaissaient et pour un instant, même bref, elle oubliait toutes les candidates de sa liste de séducteur à la mords-moi-le-nœud et se sentait l’Unique de son cœur. Les noms dans sa tête tourbillonnaient comme des Papillons de printemps aux mille couleurs: Lilindia Sae, VieLys Zongaleï, Sil Es Indaë et d’autres encore dont, évidemment, Enora; et dont la Doursier réclamait toujours la présence: son doux nom était le seul qui traversait ses lèvres charnues et cependant vidées de leur Désir d’avaler la vie à pleine Bouche; et dont Hermyane les savaient pourtant pourvues et cela ne datait pas d’hier! Depuis qu’elle s’était souvenue que la Doursier fréquentait le même bahut que le sien, à la vieille époque: elle la revoyait, rire à gorge déployée et torchée comme tous les autres, les soirs de féria.
Elle se sentait plus calme cependant, elle n’avait toujours pas avancé à propos de la dérobade de la Rouma, et ce Haïku Sublimissime l’avait laissée toute chose. Elle décida de rentrer chez elle, Bordel de merde, pour regarder un film avec Tibouk Kilète et, qui sait, peut-être pour s’offrir un orgasme tout personnel et pour oublier le désert de sa vie sexuelle…
C’est sa mère qui avait raison; toutes ses enquêtes lui grignotaient bien trop la cervelle et finissaient même par lui grignoter sa Patchole qui finirait bientôt toute sèche comme une figue et toute ridée comme celle de la Rancifos!
Définitivement, quelle chiasse, cette enquête!
Cela lui donna envie de regarder Avenue du Décès de ce réalisateur qu’elle comptait parmi ses préférés : Quin Entretian Ton. Sa Patchole attendrait encore un peu; on ne peut pas tout mélanger: Tibouk, les Pop Corn, Quin Entretian Ton et le plaisir de la chair, bordel de merde!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s