IGNOCRATIE #93

IMG_0586

 

Hermyane, comme toujours quand elle avait une idée dans sa tête – et qu’elle ne l’avait pas au cul, du coup! Hermyane, donc, toute concentrée sur son nouveau projet de retour à la vie simple, rude et jointée à la montagne avec des sans-papiers, des alcooliques anonymes, des amputés, des mioches de Sela trop énervés, tout ça, tout ça. Hermyane, donc, avait demandé à son amie Vénus de venir avec elle. D’abord parce que le monsieur de la montagne, qui baragouinait des trucs pas toujours audibles, était un sacré morceau. Il lui rappelait le voisin de la Doursier et elle savait que ces ours-là, pour peu qu’ils aient été mal léchés, avaient un bon fond et avaient peur des noirs, des femmes un peu trop déterminées et de la nouveauté. Cependant, elle savait aussi qu’ils avaient du respect pour les gens travailleurs qui visaient un objectif et elle était tout à fait de cette trempe-là. Evidemment, le monsieur de la montagne avait baragouiné des trucs incompréhensibles, voulait le chèque, avait gueulé sur Hermyane parce qu’elle ne l’avait pas encore et posait trop de questions relatives à la toiture, aux travaux à envisager et parce qu’elle voulait accueillir des abeilles et que cela ne plairait pas au voisin qui ne venait qu’en vacances tous les six mois parce qu’elles piquaient. Le pauvre nounou! Bref, ces deux-là s’étaient un peu crêpé le chignon pendant que Vénus tenait compagnie à sa dame – qui avait pris Hermyane pour un monsieur! – et qu’elles parlaient des deux petits marmots joufflus et adorables que Vénus avaient dans le bidou: son prince, l’Ardent Vradu Dovie , avait fait mouche au premier coup et ses deux-là étaient finalement parvenus à s’aimer. Ce qui réjouissait Hermyane et lui donnait un peu espoir en l’amour. La Rouma pouvait bien rester dans le hangar à Pignerpan pendant que la Rancifos lui imposait ses chiasses puantes: cela ne changerait rien au Schmilblick et Hermyane pensait que pour combattre l’avènement de la Bactérie Unicellulaire, le mieux était encore de se réjouir du bonheur des autres et de planter des fleurs pour les abeilles à la montagne. De toute façon s’était son nouveau projet: pour au moins trois ans. Bien comptés!
Non parce qu’évidemment, cette histoire de bactérie unicellulaire et de disparition du vivant préoccupait absolument tout le monde – mise à part Rancifos et sa clique – alors on voyait émerger, un peu partout, des mouvements contestataires. Evidemment, la non-information des médias continuait à essayer de faire croire aux barbus gesticulants partout, cependant cela ne prenait plus trop: les gens n’étaient plus si cons!
De plus, ils avaient fini par piger que les Nulot, les Nocram, les Trugonex et toute leur smala se gardaient tout pour eux pendant qu’ils crevaient en bas, devaient vendre un rein ou un bras pour manger des pâtes natures ou faire dix kilomètres en voiture pour aller travailler gratuitement, et cætera, et cætera, et cætera.
Le mouvement le plus en vogue étant celui des Vestes Rouges. Des fachos en puissance ceux-là! Et que tout ce qu’ils faisaient était utile et merveilleux et que brailler dans des MégaFaunes aller changer le monde et que bloquer les pauvres, qui voulaient manger ou travailler gratuitement pour maintenir la paix sociale et croire que leurs enfants avaient une chance d’avoir un avenir meilleur, était brillant. Bref, le mouvement des vestes rouges était un Gloubiboulga qui contenait à boire et à manger – comme toujours, finalement: la vie était rarement toute noire ou toute blanche, fallait être con pour croire le contraire ou trop inexpérimenté, peut-être. Certains y faisaient valoir, avec courage, une détermination incroyable et prônait la paix, tout en prenant des coups dans la gueule et des lacrymos dans les yeux; d’autres prônaient on ne savait pas trop quoi en faisant des trucs débiles au possible, comme brailler dans des rues désertes et sécurisées en écoutant de la musique et en mangeant des saucisses. Dans le lot, on voyait aussi des actions intelligentes: comme bloquer les péages et rendre les trajets des routiers gratuits. Bref, un peu de tout et c’était à la fois rassurant, drôle ou agaçant au possible: tout dépendait du défilé et de ses techniques pour lutter contre la bactérie. De plus, les bonnes intentions étaient bien réelles malgré la part grandissante de Taupes FaSCIstes cachées dans la masse. Souvent des bourgeois poussiéreux qui voulaient absolument scander des slogans pour avoir l’air intelligent et engagé alors qu’ils avait juste l’air con. Ce qui n’avait jamais tué personne et rendait audacieux, selon un réalisateur alcoolique et abuseur d’actrices dont Hermyane avait oublié le nom. Il y en avait de plus en plus, alors c’était difficile de s’en souvenir. Les hommes politique s’y étant mis aussi….

Et en toute impunité, du reste: Chiara Pèps Lamen, pour pouvoir faire lire et vendre ses torchons dont Hermyane se serait bien torchée le cul; la Chiara, donc, avait carrément légalisé les actes des tordus du zboubs violentissimes! On croyait rêver, cela étant dit : tout étant si embrouillé, en Ignocratie, comme ailleurs et vous ne l’ignorez pas…

Ce qu’elle en pensait, des vestes rouges, Hermyane, c’est que ça faisait beaucoup de boucan pour peu de résultats et que cela mobilisait beaucoup d’argent public qui aurait pu servir à autre chose : comme donner plus de moyens à ses collègues sur les enquêtes concernant les tordus de la quéquette, entre autres, ou acheter des bicoques à la montagne pour y accueillir des abeilles et des amputés et des alcooliques avec la quéquette pas tordue – si, si, ça existait! Et parce que ceux-là, les trop tordus, nécessitaient une prise en charge bien spécifique pour laquelle Hermyane n’était pas qualifiée.
Cependant, comme on ne lui demandait jamais son avis, Hermyane avait décidé de s’en foutre comme de l’an quarante et d’écouter un bon son en réfléchissant à son projet de terre mouillée, d’eau claire et pure de la montagne, de voisin baragouinant et d’abeilles butinant de beaux cosmos…

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s