IGNOCRATIE #96

Ignocratie #96 Linky

Hermyane avait été tirée de son sommeil profond, tranquille et rempli de rêves un peu loufoques où des abeilles mangeaient des Enfants, des Orques émergeaient de l’océan déguisés en Ogres Bleus pour effrayer les Templiers qui se cachaient encore dans les Terriers Sous-Terrains des Renards à la Queue Coupée; et où, finalement, Hermyane finissait toujours à la montagne et ramassait des Framboises avec l’amputé qui lui avait confié venir de la Manioure. Hermyane lui avait alors demandé s’il n’y avait pas de framboises en Manioure et pourquoi il était amputé. Ce à quoi l’amputé avait répondu que les framboises disparaissaient en Manioure parce que les chimico-industrio-pharmaco-de-son-cul étaient arrivés avec des Tanks repeints en Vert, Jaune et Rouge et voulaient tout raser pour construire des Popol du Travail, des Bureaux vides et des Centres de Commerce qui vendaient les Reins des enfants du Dus, ceux qui cultivaient le tabac et le chocolat. De plus, ils lui avaient arraché ses jambes en lui disant qu’ainsi, il ferait plus de sous-sous dans le tromé à la Kapital grâce à son Handicap et à la pitié des braves gens qui voulaient continuer à marcher et regarder leurs gros pieds puants tout en ayant bonne conscience. Bref, Hermyane avait été tirée de ses Doux Rêves Bleus par le BrouHaHa de sa sonnette d’Interphone. Les réparateurs de la Lumière étaient un peu en avance pour leur rendez-vous. Hermyane était réveillée, cependant, elle traînait un peu sur son matelas gonflable avec Tibouk qui ronronnait gaîment – ou gaiement, tout dépend du Langage employé. Après avoir partagé un kawa à la crème fraîche, les réparateurs de la Lumière avaient confirmé à notre détective Denleze qu’elle n’avait rien perdu de ses compétences: effectivement, elle payait Boucou trop cher la lumière pour quelqu’un qui s’allumait à la bougie, aimait bien le froid et l’humidité et cultivait des champignons pas comestibles sur ses murs. Et qu’elle prenait la peine de leur parler, en plus, comme à ses plantes et à Tibouk Kilète. Ils lui avaient alors conseillé de se retourner, de marcher longtemps et de chercher les locaux d’EniSed ou de la Fed de la Lumière, de demander à parler ma madame Lice Céj SouSa. Ils lui avaient aussi souhaité bonne route et bon courage et conseillé de prendre une lampe torche car il y aurait peut-être sur sa route des animaux délétères dressés spécialement par leurs services pour que personne ne vienne jamais réclamer quoi que ce soit. Hermyane aimait bien marcher et elle avait une lampe torche: c’était Parfait! Elle décida de sécher son cours de néki pour son pouce: car le praticien venu de la PaSGène qui avait un joli sourire, des mains délicates et fermes à la fois, ne la stressait pas, lui parlait de son beau Païs où des femmes dansaient le flamenco tout en fumant des gros joints et en cuisinant des Totillas à la Farine de Maïs, ce praticien-là, donc, était absent. Et elle préférait que ce soit lui qui la Torture: elle aimait beaucoup l’écouter et rougissait devant son grand sourire sincère et plein de charme. De plus, elle avait entendu, tout en se faisant Manipuler le tendon pour son Bien, l’un de ses confrères amusant, la bouche barbouillée de sucre parce qu’il venait de s’enfiler une Grosse Meringue; bref, elle avait entendu cette bouche rigolote et gourmande dire deux choses très intéressantes. Primo : il avait dit que les Fous en Liberté redevenaient des Sages. Deuxio : il avait ajouté que MoinS il y avait de FouS, Moins il y avait de RiZ. Ce qui avait donné matière à réflexion à notre enquêtrice à la Retraite. Car si une grande partie de la population Mondiale crevait la dalle alors qu’une toute petite partie RiKiKi, moche et débile, grossissait à vue d’œil, c’était peut-être parce que la non-politique continuait à vouloir Enfermer les fous et les autres. Ce qu’elle en pensait, Hermyane, c’est que, tout comme les cages des oiseaux, les Prisons pas dorées qui étaient insalubres et pour lesquelles l’état préférait payer des Amandes Amères avec les impôts des pauvres – évidemment, sinon cela n’aurait pas amusé leurs gamins consanguins et Faibles – les prisons pas dorées, donc; devraient être Ouvertes. Une Total Liberté pour tous: voilà ce qu’Hermyane aurait proposé comme modèle politique; si on lui avait demandé son avis, évidemment. Et quant à ceux qui craignaient une Anarchie vIolente, Barbare, Tueuse de bébés joufflus pour manger et voleuse de reins et de Poumons pour Respirer; quant à ceux-là, donc, Hermyane leur aurait répondu que leur Peur ne faisait qu’attirer la Haine et que même c’était la grande poétesse Anakra Ynek qui le chantait avec des CoSmoS dans ses cheveux pas lavés et qu’elle avait toute Confiance, pour sa part, en son Prochain. Les loups se faisaient chier grave à force de cracher sur le béton et de ne rien apprendre dans leurs écoles pourries et n’attendaient qu’une chose: avoir de bonnes raisons d’enfourcher leurs destriers pour aider les Veuves et les Orphelins à récupérer leurs reins et leurs poumons. C’est que, tout enragés qu’ils étaient ces petit loups, ils n’en restaient pas moins débordants d’amour et de respect et jamais ils n’auraient pu laisser un amputé ramasser des framboises sans ses poumons pour respirer. L’âme, la conscience, tout ça, tout ça. Elle se souvenait parfaitement, par exemple, de celles de Damodua et de ses camarades de classe pour pauvres, où on apprenait à lire et à compter très difficilement car les sous-sous servaient en engraisser les BanksBanks et que donc ils pouvaient bien écrire avec leur caca, lire les prospectus publicitaires et manger leurs doigts, pour le goûter. Pour autant, Damodua avait quand même pris la peine de répondre à Hermyane à ses questions sur une enquête relative à la disparition d’un bébé et il lui avait parlé des Spartiates. Ce qui l’avait aidée à le retrouver juste sur le Fil, armé d’un couteau de cuisine Japonais et enfermé avec un autre nourrisson armé d’une Plume de Buse. Le tout étant filmé et servant d’amusement aux enfants débiles des gros qui avaient trop de sous-sous et pas beaucoup de cervelle et encore moins d’âme ou de conscience. Cependant, pour arriver à ramener ces putains de Capitalistes qui gagnaient 3600€ nets d’impôts par mois au principe tout simple de la Réalité: il fallait se lever tôt le matin et couper beaucoup de bois, et cuisiner sans arrêt et ne pas bouffer de Lapin et courir avec le chien des marathons et laver par terre avec un vieux T-shirt et de l’eau et du vinaigre pour éradiquer les puces et les acariens. Et l’échec cuisant de la Doursier Prouvait bien que c’était vain. Et Hermyane n’était ni ce putain de Cizif, ni ce putain d’Ikar et voulait juste aller vivre, pénarde, à la montagne pour fumer des joints le soir après avoir pioché la terre, coupé du bois et cuisiné des tas de trucs avec des tas de gens marrants comme les amputés de la Manioure.
Ce que les gens pouvaient compliquer ses désirs si Simples. Cependant, elle n’en voulait à personne: tout étant si embrouillé, en Ignocratie comme ailleurs et vous ne l’ignorez certainement plus ou alors Cassez-Vous Bandes de Connards!
Et pour ceux qui veulent rester quand même, Hermyane  peut toujours leur suggérer de danser le SirTaki, comme ça:

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s