IGNOCRATIE #97

Ignocratie #98 Berthe la Martre

 

Hermyane, après avoir dansé son sirtaki tout en balayant son stud’, jouant avec Tibouk qui courait après un élastique à cheveux sales et ne savait toujours pas le ramener, alors qu’elle savait très bien faire cet exercice de Cirque, avant, et avec un coton-tige non utilisé. Bref, Hermyane, après avoir occupé sa matinée à ses tâches ménagères et administratives, se mit à réfléchir aux Produits qu’elle pourrait bien consommer maintenant qu’elle était à la retraite. Malheureusement pour elle, elle avait tant abusé des produits chimiques dans sa petite enfance – ce qui l’avait d’ailleurs conduite à en avoir oublié une bonne partie, en tout cas celle qui concernait les BOUMs avec ses Petits Compagnons. Elle se souvenait vaguement d’avoir eu, Une Fois, très mal à la tête après une chasse au Trésor et une nuit en Tente de Camping. Très probablement que cette petite Sauterie-là avait été trop arrosée à la Bière des Picons, au TissaP, au 15 ou au Mhur car elle n’avait pas réussi à rester alcoolique avec ces gnôles-là et les avait gerbées violemment au Lycée avec ses copines ou encore quand elle travaillait comme hôtesse-serveuse-de-cafés-donneuse-de-sourires-embrouilleuse-de-secrétaire-mal-lunée-liseuse-de-Léon pour des Vendeurs de Voitures Neuves. Plus communément appelés les VVN. Bref, elle ne pouvait plus boire ces trucs-là. Elle avait bien essayé des tas de fois, pour accompagner généreusement ses potes, qui tenaient absolument à ce qu’elle picole pour pouvoir la regarder chanter des chansons paillardes, gueuler sur le premier venu, chier dans la rue à la Kapital ou encore danser comme une streap-teaseuse sur les comptoirs des bars. Seul son ami Valudir Mim Zihi avait toujours veillé à ce que personne ne la touche, lorsqu’elle était trop défoncée. Lui-même n’aurait jamais osé. De plus, Lirnaett avait vachement grandi et lui ressemblait beaucoup quand elle était défoncée, alors il n’avait pas hésité à la draguer. Cela avait fortement énervé Hermyane qui cependant n’était pas rancunière: après tout ces deux-là étaient adultes et Vaccinés et pouvaient bien faire ce qui leur chantait, dans son dos. Tant qu’ils ne finissaient pas Enfermés avec des oufs trop malades et trop Médicamentés pour les comprendre et cependant fort gentils et affectueux. De plus, Valudir Mim Zihi n’était plus son ami: ils s’étaient toujours disputé à propos de la Philosophie. Lui la destinait aux Grands et en excluait tous les autres et Hermyane ne démordait jamais de ses devises: Tout Le Monde Ou Personne. Point barre. Même les grosses Tiques devaient être de la partie: car ils n’étaient pas si toxiques que ce que les Pharmaco-chimico-industrio-de-son-cul voulaient bien le laisser croire. Il étaient même forts utiles pour réguler les populations de renards qui eux-mêmes régulaient les populations de Martres qui s’occupaient des Poules, et cætera, et cætera, et cætera. La martre étant un animal discret et magnifique qu’Hermyane avait décidé d’appeler Berthe, juste parce que ça ne rimait pas et que la Doursier faisait toujours rimer les prénoms des animaux et qu’elle l’énervait un peu, celle-là, a toujours avoir des idées drôles ou jolies ou courageuses. En plus, elle avait claqué la porte au nez du Jorma en lui disant qu’il ne servait à rien et qu’elle préférait partir à la montagne avec Hermyane, ses amputés, ses Framboises, et cætera, et cætera, et cætera.
Ce qui emmerdait Royalement Hermyane qui avait envie de Paix, de Pizzas, de Pets intimes – ou plus communément appelés les Trois P ou encore PPP – et de contemplation des étoiles infiniment nombreuses dans le ciel d’Août, seule, le soir, une fois que les amputés et les autres étaient partis. Car si elle était d’accord pour enquêter encore un peu avec tout ce beau monde : elle estimait avoir déjà donné beaucoup de son temps et de son énergie presque gratuitement et s’octroyait le Droit à la Solitude. Du reste, chacun n’avait qu’à s’occuper de son Propre Projet Personnalisé et Longuement Mûri – comme les framboises pleines de vers – appelé plus communément PPPLM.
Car elle savait, de source très sûre, que la dispersion aux quatre vents des énergies de chacun ne menait qu’aux Tempêtes et aux Ouragans et qu’elle avait envie que les pauvres sinistrés de ce genre de dégâts des Eaux furieuses de l’Océan cessent un peu d’être tourmentés par les Mauvaises Gestions Énergétiques – appelées aussi MGE – des dispersés de la cervelle qui, sans le vouloir, leur reprenaient systématiquement tout ce qu’ils essayaient de construire, avec leurs orteils et leurs dents.
Et la chiasse de Doursier, qui ne voulait plus Buter personne et qui se mêlait maintenant de son projet de montagne, d’air pur, et cætera, et cætera, et cætera. Cette Doursier, donc, n’arrangeait pas ses Envies de Tranquillité bien méritée!
Pour ne pas s’énerver Inutilement, Hermyane songeait donc aux produits qu’elle pourrait bien consommer et réalisa qu’à part son kawa et son herbe de potager: il ne lui restait pas grand chose. Elle n’allait tout de même pas fumer les poils de Tibouk ou ceux de sa Patchole, merde!
Quant à la plus belle drogue du monde, l’Amour: il avait trop dévasté sa vie, et si elle était d’accord pour le donner aux siens; c’est à dire tout ce qui, comme elle, était vivant : les ruisseaux, les abeilles, les amputés, les framboises, les chieurs, Akulo, Alélic, et cætera, et cætera, et cætera. Il faut suivre, Merde! Si elle était d’accord pour continuer à cultiver l’amour de Tout dans son coeur et pour ignorer les élans de la haine: elle tenait à rester loin de l’amour pour un homme qui ne le rend jamais. Par Expérience. SDMO!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s